• Serge Brussolo - Le Manoir des Sortilèges


    Serge Brussolo - Le Manoir des Sortilèges

    Je découvre ce livre et cet auteur par le partenariat de Livraddict avec les d’éditions Livre de Poche.
    J’avais pas mal entendu parler de Brussolo, mais je n’avais jamais lu aucune de ses œuvres.

    L’histoire :

    Gilles, un jeune écuyer, voit mourir son maître au cours d'un tournoi. Devenu la propriété du vainqueur, le voilà dès lors contraint de servir un étrange chevalier à l'armure couverte de rouille, et dont personne n'a jamais vu le visage. Ce baron maudit serait-il lié aux enlèvements d'enfants qui terrorisent la contrée ?
    Peu après, ce maître mystérieux accepte une mission: retrouver, au coeur d'un manoir perdu dans les forêts du Ponant, un grimoire de sorcellerie dont la possession confère des pouvoirs maléfiques.
    Commence alors pour l'écuyer un dangereux voyage, qui va lier son sort à celui d'un monstre et l'entraîner aux confins de la peur.

     

    ATTENTION : SPOILERS !!

    Et j’avoue que ce livre m’a laissé sur ma faim (sans mauvais jeu de mot).
    Je ne sais pas trop quoi en penser.
    Je dois être l'une des  rare à ne pas l’avoir apprécié entièrement.

    D’un côté, je me dis que l’histoire est sympa, c’est bien écrit, fluide, on lit jusqu’à la fin sans avoir vraiment envie de l’abandonner.
    Mais d’un autre, je suis sceptique sur certains passages.

    Le cannibalisme.

    J’ai fini de le lire il y a 15 jours et il m’a bien fallu tout ce temps-là pour faire des recherches…
    Une personne bien intentionnée (l’auteur ?) a pris soin de mettre un avertissement en tout début de livre :

    « Les actes de cannibalismes évoqués plus loin furent fréquents au Moyen-Âge […].

    Perpétrés pendant les famines, les disettes, ils firent de nombreuses victimes […]. »

    Dès cette lecture, j’ai tilté.
    Donc me voici à parcourir le net, de long en large et en travers, à la recherche d’un quelconque document, ou article faisant montre de ce genre de choses fréquentes.

    Finalement, ne trouvant rien de sérieux, j’ai failli abandonner.

    Puis je suis tombée sur le livre de  Pierre-Antoine Bernheim et Guy Stavridès « Cannibales ! » grâce au site Ost du Dauphin, qui recense environ 25 "cas-période" sur une période de 645 ans.

    Bien sûr, ces extrémismes étant rassemblés dans le temps, cela nous paraît énorme. Mais il faut « étudier » les choses d’une manière différente : 25 cas sur 645 ans (et j’ai bien peur que certains de ces cas ne soit que propagande pour faire peur aux gens, peur de l’église, histoires au coin du feu etc), cela représente 1 cas tout les 26 ans ! Soit 1 cas dans la vie d’un homme puisqu’à l’époque on ne vivait pas bien vieux (et pas forcément parce qu’on se faisait bouffer lol).

    Le nombre de personnes mangés paraît aussi très important (plusieurs milliers de personnes, vraisemblablement), mais si on comptabilise la population totale des pays concernés (25 à 30 millions en Europe à l'époque de Charlemagne),  je suis désolée de dire que cela représente un chiffre minime (1/3.000 peut-être un peu plus).

    Bref, je ne suis pas contre dire qu’il y a eu du cannibalisme au moyen-âge mais dire qu’il a été fréquent me gène.
    Maintenant, je reste ouverte à d’autres preuves et explications qui démontreraient que mon raisonnement est faux.
    D’ailleurs, je ne comprends pas pourquoi l’auteur prend la peine de se justifier, sachant que son œuvre est fictive, et ne respecte même pas entièrement les évènements de l’époque.
    Avec notamment cette belle invraisemblance: « un géant de carton-pâte de carnaval » à une époque où l’on utilisait des parchemins.

    Cela, ce n’est que sur le fond historique.

    Sur la forme, je n’ai pas réussi à rentrer dans la peau des personnages.
    Le héros qui raconte l’histoire, Gilles, est un couard du début à la fin. Il est au service d’un 1° chevalier à qui il ne fait qu’obéir. Vient le 2° chevalier, qui le « gagne » et qui l’entraine dans son périple.
    La raison qui pousse ce dernier à tuer le 1° maître de Gilles n’est pas « intéressante ».
    Elle n’apporte rien à l’histoire. Elle met en place un événement important : Foulques tue Thibault pour récupérer Gilles et sa pâte « magique » qui fait briller les armures.
    Mais ensuite, rien. Il n'y a pas de conclusion à cette évènement:
    Gilles fait briller l’armure de son nouveau maître une fois (et au bout d’un loooong moment), voit quelques trucs (qui ne serviront pas non plus par la suite) et c’est tout.

    Et s'il y a bien un truc que j'ai appris en cours d'écriture, c'est de ne pas introduire un évènement important si on ne s'en sert pas par la suite...

    Gilles reste peureux et c’est agaçant.
    Jamais il ne prend de décision, jamais il ne fait preuve de bravoure, et les quelques éclairs de courage qui l’émaille sont tout de suite ternis par la peur de la sorcellerie, de son seigneur ou de Dieu.
    Il est amoureux de Tara mais ses sentiments ne ressortent pas, ils restent froids et ne se communiquent pas au lecteur.

    La fin, quoiqu’il y ait un petit rebondissement intéressant (la pelote de laine et la sorcière cachée), est trop « facile » : on tue Foulques sans combat, sans que les personnages principaux puissent faire face à l’horreur de ce qu’il a fait, sans opposition de personne, sans jugement… Facile, rien à expliquer comme ça.

    Cela revient à la même réflexion faite plus haut : on induit un action importante (Foulques mange des enfants), tout au long du livre, les héros se demandent pourquoi (même s’ils connaissent la légende de sa malédiction) et comment le guérir, mais on ne répond à aucune de ces questions à la fin.

    Tara est tuée, même constat, ça fait un peu : « pour aller plus vite ».
    Et Gilles tue la sorcière « facilement » par un seul acte de rage (pas de courage).

    Bref, ils meurent tous à la suite les uns des autres, sans conclusion.

    À la fin, il ne reste rien du périple qu’ils ont vécu… c’est bête quand même !

    Une dernière chose sur laquelle je n’ai pas accroché : le massacre des enfants. Comme je l’ai précisé dans des billets précédents, la violence crue n’est pas ma tasse de thé.

    Pour conclure, je dirais que je n’ai que moyennement accroché avec ce livre.
    Il n’a pas été déplaisant, mais j'ai un sentiment d'inachevé…

     

    Serge Brussolo - Le Manoir des Sortilèges

     

     

    D'autres billets sur ce livre:

    - Regard d'Enfant
    - Little read Planet
    - Le vallon fantastique
    - Boulimie Livresque
    - Lucie, Livres et Cinéma
    - D'une Berge à l'Autre
    -
    Climaginaire
    - Dac ô Doc
    - Entre les pages

    « Rιcκ Rιθrδαν - Pεrcψ Jαcκsθν, Lε Vθlεur δε Fθuδrε (Rick Riordan - Percy Jackson, Le Voleur de Foudre)Challenge Des 5 Continents »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 10 Mars 2010 à 09:34
    Au moins c'est clair ! Je passe mon chemin sans regret, tes arguments sont très convaincants !
    2
    Mercredi 10 Mars 2010 à 11:21
    J'étais bien interessée par la lecture de ce roman, mais ce que tu en dis me refroidis vraiment!
    Et, étant moi même médiéviste, je te remercie du fond du coeur de ne pas tomber dans le cliché classique du moyen âge barbare dont tout le monde parle sans le connaître, et d'avoir fait quelques recherches pour étayer tes propos!
    Pour ce qui est du cannibalisme, il y en a eu à des périodes pas si lointaines (cf le sujet ed Teulé dans Mangez le si vous voulez ; ou cette équipe de rugbymen écrasés en montagne qui ont mangé les corps pour survivre.) sans qu'on juge bon d'en faire tout un plat.
    Bravo pour ton article de bonne foi ET documenté!!
    3
    Vendredi 12 Mars 2010 à 07:01
    En lisant cela, je me dis: youpi! j'ai bien argumenté... mais je me sens un peu coupable, car je me dis que peut-être, tu aurais aimé...
    N'hésite pas à aller d'autres avis, on sait jamais  (^_^)
    4
    Vendredi 12 Mars 2010 à 07:06
    Oui, du cannibalisme, ça existe depuis la fin temps et ça existera toujours. Il y a encore, aujourd'hui, des tribus cannibales de part le monde...
    Je te remercie pour ton commentaire qui m'a conforté dans mon idée.
    Je viens de trouver 2 personnes de renom, spécialiste français du monde médiéval. Je vais essayer de dégoter leurs livres pour continuer mes recherches, et être sûre de ne pas avoir dis de bêtises
    A bientôt! (^_^)
    5
    Mercredi 17 Mars 2010 à 11:10
    Je pense que sur le cannibalisme les sources sont impossibles à vérifier car on ne peut pas dire qu'au moyen âge, tout était bien référencer et le recenssement n'en parlons pas....
    Je suis assez d'accord avec ta critique surtout sur la fin qui, moi aussi, m'a semblé quelque peu baclée mais si le dénouement avais été logique, j'aurais dit que c'était trop prévisible alors je m'en suis contenté.
    6
    Mercredi 17 Mars 2010 à 11:58
    Oui, les sources du moyen-âge sont un peu dur à vérifier, même s'il reste quelques écrits...
    Je suis contente de voir que nous avons à peu près le même point de vue sur la fin
    Merci pour ton commentaire.
    7
    Dimanche 21 Mars 2010 à 18:39
    Dommage que tu n'aies pas apprécié ! Enfin, cela arrive parfois. ^^
    8
    Dimanche 21 Mars 2010 à 18:58
    Ah

    Tu mets le doigt sur de nombreux points que j'ai eu du mal à exprimer ou que j'ai oublié de mentionner (le coup du maître qui récupère Gilles pour que dalle entre autres). Plus que Gilles, moi c'est Tara qui m'a énervée. Tiens pof ! j'arrive comme une fleur et je te trouve tous les pièges. Enfin, je pense que toute les deux on a eu des passages d'incrédibilité...

    Joli coup d'oeil pour le coup du carton pâte, je n'y avais pas du tout fait attention. Quant au cannibalisme, tu fais bien d'en parler : j'avais aussi tilté, surtout étant donné que mon prof de médiévale n'a jamais parlé de tels actes de manière caractéristique, mais je me suis dit que vu que l'auteur avait l'air documenté, et donc je n'ai pas cherché plus loin...

    Par contre pour la fin, j'ai bien aimé, et c'est le tournant qui a orienté ma critique vers une note positive malgré les défauts. Au contraire, j'ai trouvé que le folie de Foulques s'expliquait doucement par une folie mentale : il est convaincu d'être maudit et agit comme tel (je ne sais pas si le mot "psychosomatie" est approprié...), et la fin avec la mémé était pas mal. Comme à peu près tout dans l'ouvrage : un peu gros mais pas prévisible.

    Mais dans l'ensemble je suis plutôt d'accord avec la grande majorité de tes points...
    9
    Lundi 22 Mars 2010 à 09:46
    Merci Ryuuchan de ton commentaire!
    Oui, apparemment, nous avons presque la même vision du livre
    C'est vrai que je n'ai pas parlé de Tara, mais je n'ai pas aimé la manière dont l'auteur l'a fait agir (son pseudo amour pour Foulques qui ne ressort pas, je trouve).
    Pour la cannibalisme, c'est le problème d'un auteur à succès: on ne cherche pas plus car on se dit "il sait de quoi il parle", hors... pas si sûre que cela
    Pour la fin, oui, on peut "expliquer" l'attitude de Foulques par le fait que l'esprit est plus fort que le corps. Mais ce qui m'embêtes le plus, c'est la "non action" des 2 autres... Pas d'état d'âme... alors que manger des enfants, ça laisse des marques je pense
    Sinon, je suis contente de ne pas être la seule à ne pas tout avoir appécier dans ce livre
    A bientôt! (^_^)
    10
    Lundi 22 Mars 2010 à 09:47
    Et oui, mais ce n'est pas grave, ce n'est qu'un livre parmis tant d'autres... quoi que ma prochaine critique va être du même accabit lol
    • Nom / Pseudo :

      E-mail (facultatif) :

      Site Web (facultatif) :

      Commentaire :


    11
    Mardi 30 Mars 2010 à 17:15
    Je suis aussi pas mal d'accord avec ton analyse, même si comme Ryuuchan, c'est la fin qui m'a fait dire que le livre n'était pas totalement mauvais ;-) Mais effectivement, tant qu'à faire, autant passer son chemin, dans le style "enquête" ou quête médiévale, y'a mieux je pense... et merci pour le lien ! ;-)
    12
    Mercredi 31 Mars 2010 à 07:48

    Merci pour ton commentaire

    Et de rien pour le lien (^_^)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :