• Dee Schulman - Parallon, Tome

    ParallonUn résumé qui faisait envie...

     

    L'histoire:

    L'amour fou existe, il n'est pas de ce monde.
    Un gladiateur romain qui ne connaît pas la peur et une jeune fille du XXIe siècle, insouciante et rebelle. Deux mille ans les séparent, un mystérieux virus va les réunir...
    152 après J.-C. :
    Au sommet de sa gloire, Sethos Leontis, redoutable combattant de l'arène, est blessé et se retrouve aux portes de la mort.
    2012 après J.-C. :
    Élève brillante mais à problèmes, Eva a été placée dans une école pour surdoués, une vie qu'un incident dans un laboratoire de biologie fait basculer à jamais.
    Un lien extraordinaire va permettre à Sethos et Eva de se rencontrer, mais il risque aussi de les séparer, car la maladie qui les dévore n'est pas de celles qu'on soigne, et leur amour pourrait se révéler mortel...
    Leur passion survivra-t-elle à la collision de deux mondes ?

     

     

    Alors, par où commencer?

    Voici une histoire assez improbable qui aurait pu donner un roman captivant...
    Malheureusement, même si le postulat de départ était sympa, l'histoire ne présente aucune originalité.
    Une histoire entre 2 personnages d'une époque différente, il y en a pléthore. Mais cela ne veut pas dire pour autant qu'une de plus serait forcément mauvaise.
    Encore faudrait-il avoir du style et un fond intéressant. Ce que n'a décidément pas cet auteur

    Les personnages ne sont pas attachants, même si on peut les trouver sympa: ils ne sont pas assez décrits, ni physiquement, ni moralement. Ils sont plats et mièvres.
    Le résumé nous parle d'un "redoutable gladiateur [...] qui ne connaît pas la peur", mais nous nous trouvons face à un gamin, désespérément amoureux, déprimée, pleurnicheur et j'en passe. On ne le voit combattre qu'une fois, et ça dure... tout au plus 10 secondes!
    Bref, un personnage qui manque de profondeur et de caractère.

    Ensuite vient notre héroïne, censée être rebelle, révolté, et désobéissante.
    Mais l'auteur ne décrit qu'une jeune fille, perdue, timide, qui dit "amen" à tout et se contente, comme acte rébellion, de pirater certains sites pour avoir des infos

    Ce roman est truffé de clichés.
    Eva est belle (mais ne s'en rend pas compte, of course!), tous les garçons finissent par lui courir après, elle réussit absolument tout: le théâtre (elle n'en a jamais fait, et pourtant, du 1° coup, elle fait un tabac), la guitare (elle grattouillait à peine, elle se retrouve dans un groupe en moins de deux et fait des concerts sous les acclamations), le chant (elle ne savait donc pas qu'elle avait une voix d'ange?! ), elle est hyper doué en biologie, arts, et tous les autres cours qu'elle suit.
    Bien sûr, elle est dans une école pour surdoués... mais quand même!
    Sethos est beau, svelte, agile (on peut pas faire mieux ). Il a un magnétisme débordant, etc etc...
    Bref, rien de très original.


    Les actions, au lieu d'être décrites dans les détails, sont bâclées.
    L'auteur se contente d'évanouissement, de trou noir, de fièvre pour ne pas avoir à se débattre avec des combats, des blessures ou des situations intenses. 

    La rencontre de Sethos avec les "gens" de Parallon m'a paru extrêmement bizarre: 11 types autour d'une table avec un 12° qui va de tables en tables.... ahem... cette cène ne vous rapelle pas quelque chose?
    Sethos est un gladiateur Corinthien. Un homme qui a vécu il y a environ 2000 ans, à une époque où l'éducation n'était pas forcément une priorité et surtout où on ne connait absolument pas les principes de vortex ou de trou de vers.
    Pourtant, notre beau beau héros s'y connait, aussi incroyable que cela puisse paraître...

    L'héroïne tombent dans les pommes à tout bout de champ... c'est saoulant...  

    L'auteur a dû également oublier que les Rétiaires (gladiateur se battant sans protection, avec un trident et un filet, tel que Sethos), était très dédaignés à l'époque et considérés comme la sous classe des gladiateurs. Ils n'étaient pas acclamés comme l'était Sethos, mais méprisés des romains et de leur compatriotes gladiateurs.
    Mais apparemment, Sethos était la star des stars...

    Enfin bref, j'éviterais de parler de "l'amplification temporelle du magnétisme"de Seth, tellement ça parait ridicule, de Ted, demi-frère d'Eva dont l'auteur nous rebat les oreilles à tout bout de champ mais qu'on n'a jamais vu, ni entendu... Cette histoire n'en vaut vraiment pas la peine!

     

     

    « Partenariat Pricemister: Les Matchs de la rentrée littéraire 2013Suzanne Collins - Hunger Games, Tome 3 »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :